La SOURCE de CARISA

šPartage de Coeur, d’ Esprit et d’Âme

Archive pour avril, 2010

Mon Isa, Mon Amour d’Enfant [Adagio d'Albinoni et la chanson de Claude François : J'ai retrouvé ma Liberté]

Posté : 14 avril, 2010 @ 9:49 dans Ma Poesie, Poesie aux Disparus | 4 commentaires »

Isabelle

Ma chérie, 

Il y a 13 ans, je t’écrivais ce poème

Petite fille de lumière,

Enfant de notre amour,

je t’ai portée, je t’ai aimée

je t’aime.

L’amour et le bonheur

que tu m’as apportés

pendant ces 17 ans

sont blottis dans mon coeur

Et pour les souvenirs 

Que j’aime à repenser

Sois en remerciée.

Toi mon bébé d’Amour

Je ne peux t’oublier

Sois heureuse où tu es

Et que dans ma détresse

Je puise encore la force

Auprès de mes enfants

Qui m’aiment et qui me restent.

…………

Bientôt, le 16 avril, tu aurais eu 30 ans,  je n’ai pas pu résister à te rendre hommage sur mon blog.

Il y a une année, je t’écrivais le poème qui suit et, aujourd’hui, j’aimerais que tous ceux qui s’arrêteront sur ce blog, écoutent l’Adagio d’Albinoni et la chanson de Claude François qui t’ont accompagnée à l’Eglise et partagent avec nous, ta famille et tous ceux qui t’aimaient l’émotion de ce jour de juillet où tu nous as quittés. C’était le jour de ma fête … je m’en souviendrai toujours…..  

Ecoutez ….

Image de prévisualisation YouTube

 

Image de prévisualisation YouTube

Mon Enfant, mon Isa Belle au bois dormant

Il était une fois, un an, douze ans, cent ans,
Je n’oublierai jamais mon Enfant
Ton dernier bel anniversaire, tes 17 ans.

 

Réunis pour ce délicieux moment
Nous et tes chers amis rayonnants
Devant ton charme étincelant
Ton Coeur, tes Yeux, de gaieté débordants.

Retenir en moi ces précieux instants
Pour l’éternité durant
Là où s’est arrêté le temps.

C’était hier pourtant …

17 ans, le temps de Rêver
Celui heureux d’Exister
Mon Amour le temps d’Aimer.

Vous voyez, vous qui me lisez,
Je crois que le temps « terre »
Est juste le furtif repère
De tous ces bonheurs d’hiers …

Peu à peu distillés
Chaque jour réinventés
Pour mieux les souvenirs garder
Dans nos mémoires immaculées.

Il était une fois, un an, douze ans, cent ans,

Mon Amour, ma Vie, Mon Enfant,
Ma Princesse à mon coeur aimant,
Mon Isa Belle au bois dormant …
Carisa (15 avril 2009)

Christine (Frédérik mey)

Posté : 3 avril, 2010 @ 7:15 dans Musique, Chansons et Video, Non classé | 1 commentaire »

Image de prévisualisation YouTube

Frédérik Mey, un chanteur poète cher à mon coeur

Christine  ma belle, ma douce, ma jolie !
Je chante pour elle et pour elle je ris !
Elle est tendre et sauvage, elle est comme un torrent
Qui me berce au rivage, elle est comme le vent.

Elle est comme le vent qui joue dans mes cheveux,
Capricieuse et changeante, elle est comme le feu
Qui brûle ma mémoire, je ne sais qui je suis.
Christine, ma belle, ma douce, ma jolie ! Si je ne sais pas qui dirige l‘univers,
Si je ne sais pas pourquoi tourne la terre,
Je sais bien cependant, que serré dans ses bras,
Je frémis comme font les cordes sous mes doigts !
J‘ai perdu la mémoire, l‘orgueil, l‘assurance,
J‘ai perdu le sommeil, la tête et la patience !
Mais ce que j‘ai perdu ne pèse pas bien lourd :
J‘ai perdu avec joie, pour gagner son amour !
Je me ferai noble pour lui faire plaisir,
Je deviendrai sage, gendarme ou fakir
Ou pompier ou ministre et si elle le veut bien
Je reste qui je suis et ne deviendrai rien.
Je changerai pour elle mes anciennes opinions,
Et je ferais des siennes mes nouvelles convictions !
Je lui cèderai tout, mais lui refuserai,
Si elle me demandait de cesser de l‘aimer.

Christine, ma belle, ma douce, ma jolie !
Je chante pour elle et pour elle je vis !
Elle est tendre et sauvage, elle est comme un torrent
Qui me berce au rivage, qui m‘entraîne en riant.

Elle est douce, elle est tendre, et moi, je l‘aimerai
Cent mille ans et trois jours, jusqu‘à la Saint-Jamais !
Et tant pis si demain je meurs au point du jour :
J‘aurai vécu près d’elle plus de mille ans d‘amour !

 

Poesie et Autres |
Le blog du Club lecture de ... |
Les polars de Morize |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | houdaprintemps
| Cavru et son patrimoine bât...
| NIMPORTNAWAK